Geneviève n’a plus de problème d’hypoglycémie et Pascal est enfin soulagé des douleurs de sa spondylarthrite ankylosante en moins de 4 mois grâce au paléo

Pascal souffre de spondylarthrite ankylosante

Mon conjoint a souffert pendant des années de maux de dos et de plusieurs articulations avant d’être diagnostiqué il y a 4 ans avec une spondylarthrite ankylosante (SA).

Depuis, il a été mis sous anti inflammatoire puissants (AINS) qu’il doit prendre 2 fois par jour, accompagné de médicaments pour contrôler l’acidité que lui occasionne les AINS et d’autres pilules pour soulager les migraines fréquentes qu’il faisaient.

Malgré la médication, il continuait d’avoir de la douleur, ses problèmes digestifs empiraient à cause de l’irritation que provoquaient les AINS et il n’arrivait toujours pas à dormir la nuit.

Le rhumatologue lui a dit que rien d’autres ne pouvaient améliorer sa condition et qu’il était condamné à vivre ainsi pour le reste de sa vie. On lui a dit que les traitements d’immunosuppression étaient la prochaine et dernière étape pour tenter de le soulager.

Éliminer le gluten aide pascal à contrôler ses douleurs

Il y a environ 3 ans, sous les recommandations d’Aglaée, mon conjoint a accepté de couper tout le gluten de son alimentation (non sans difficulté!). Il fut étonné de constater que sa douleur était maintenant sous contrôle, à condition qu’il poursuive parallèlement la prise des AINS à raison de 2 fois par jour.

Geneviève souffre de chutes de pression et de crises d’hypoglycémie

Pendant la même période, j’ai souffert de chutes de pression importantes à plusieurs reprises qui m’ont conduite à de courtes hospitalisations. Malgré tous les tests effectués, la cause exacte n’a jamais été connue.

Depuis l’adolescence, j’étais le type de personne qui grignotait en permanence, mangeant des dizaines de collations par jour. J’avais souvent des crises d’hypoglycémie qui m’obligeaient à devoir manger immédiatement, sous peine de tremblements, sueurs, étourdissements, faiblesses, etc. On m’a diagnostiquée hypoglycémique, sans connaître le pourquoi.

En juin 2013, je suis tombée enceinte et après une grossesse difficile, un bébé au sommeil presqu’inexistant depuis un an et une intolérance aux produits laitiers qui avait forcé une grande transformation de mon alimentation pendant l’allaitement (mais qui m’avait aidé à me préparer à un régime d’éviction et m’avait poussé à cuisiner davantage!), j’étais au bout du rouleau en décembre 2014.

Je sentais que je touchais le fond du baril et mes réserves d’énergie étaient épuisées. Je devais faire quelque chose.

Nous devions faire quelque chose… nous avons décidé de donner une chance au paléo

Après maintes lectures, mon conjoint et moi avons décidé de donner une chance au paléo lors du défi 30 jours de Janvier 2015.

Après seulement 10-15 jours, les résultats ont commencé à se faire sentir. Lentement mais sûrement, je retrouvais de l’énergie et les douleurs de mon conjoint disparaissaient peu à peu…

Après environ un mois, il réalisait qu’il oubliait fréquemment de prendre ses anti inflammatoires et que la douleur ne revenait pas.

Dans mon cas, en plus de retrouver de l’énergie, je n’avais plus cette sensation de faim quasi permanente que je connaissais depuis plus de 15 ans! Je mangeais que 3 repas par jour et n’avais plus de fringales…

Maintenant après 4 mois de paléo…
on ne retournera jamais en arrière!

Voilà maintenant 4 mois que nous sommes au Paléo de base à 90% du temps.

Mon conjoint a diminué sa médication de 50%
(un comprimé par jour maintenant!)
et son énergie a augmenté de 400%.
Il a également perdu 10 livres (4 kg) en seulement 4 mois
sans le moindre exercice physique supplémentaire.
Ses migraines sont également passées
de deux par semaines à moins d’une par mois.

Quant à moi, mon énergie revient et mes fringales,
mes troubles de pression et d’hypoglycémie ont disparu.

spondylarthrite ankylosante, hypoglycémie

Une petite famille paléo heureuse!

Appliquer le paléo dans la vie de tous les jours pour sauver du temps sans dépenser davantage!

Nous avons maintenant réorganisé notre façon de s’alimenter. Nous achetons la viande en grande quantité d’un producteur local qui nous livre directement à notre porte à un prix équivalent à celui trouvé en épicerie.

Le congélateur est maintenant rempli de viandes et de poissons emballés sous vide en petites portions, ainsi que de légumes et fruits bios congelés. Nous recevrons cet été un panier hebdomadaire de légumes bios frais.

L’activité de ‘faire l’épicerie’ est disparue de notre calendrier de la semaine et nous sauvons ainsi au minimum 2 heures par semaine (soit 100 heures par année!!!) puisque nous n’avons plus à feuilleter les circulaires pour trouver les spéciaux et courir les épiceries 2-3 fois en circulant dans toutes les allées pour trouver des produits transformés.

Chaque repas, nous ouvrons le congélateur et prenons une pièce de viande de notre choix, un sac de légumes et nous avons toujours sous la main des pommes de terre, patates douces, plantain ou autres sources de glucides. Les repas se préparent ainsi en 15-30 minutes maximum.

Pour nous, ce fut une révélation et n’avons pas l’intention de retourner en arrière. Nous avons maintenant trouvé une alimentation qui convient à notre corps et à notre style de vie. Les résultats parlent d’eux-mêmes.

Merci Aglaée pour tous tes conseils et tes réponses à nos nombreuses questions!

Geneviève Lemelin de Bécancour, Canada

Publicités

Comment faire son propre ghee (beurre clarifié)

Avez-vous déjà goûté à du beurre clarifié (ou ghee)?

Bien qu’il soit généralement possible de s’en procurer dans certains magasins ethniques (d’origine indienne surtout) ou des boutiques d’aliments naturels, je vous recommande d’essayer de le faire vous-mêmes.

ghee2

Non seulement allez-vous économiser mais vous aurez également
un plus grand contrôle sur la qualité des ingrédients utilisés.

En fait, il n’y a qu’UN SEUL ingrédient dans le ghee et c’est le beurre.

Je préfère du beurre de vaches nourries à l’herbe (lire pourquoi ça vaut la peine de rechercher de la viande et des gras d’animaux de pâturage ici) puisqu’il contient plus de nutriments et ne contient pas de résidus d’OGM, de pesticide, d’hormone ni d’antibiotique. Le deuxième meilleur choix serait du beurre biologique.

Le ghee (beurre clarifié) a l’avantage de pouvoir se conserver à la température ambiante pendant des mois.

De plus, il peut supporter de plus hautes températures de cuisson sans brûler
puisque ces solides ont été retirés.

Sans compter son goût tout à fait unique avec des petites touches de caramel. 🙂

Vous pouvez l’utiliser pour la cuisson de vos viandes et légumes, le servir tout simplement en accompagnement pour vos légumes et purées de patate douce (avec de la cannelle, miam!) ou dans toute recette demandant un corps gras.

ghee1

1) faire fondre votre beurre 2) faire mijoter à feu bas 3) filtrer 4) laisser refroidir

Ghee (beurre clarifié)

ingrédients

  • 1 lb (450 g) de beurre non-salé
    idéalement de vaches nourries à l’herbe et/ou biologique

préparation

  1. Faire fondre le beurre à feu moyen et amener à ébullition.
  2. Réduire le feu au minimum pour maintenir une légère ébullition
    (sans risquer d’éclaboussure ni de débordement).
  3. Laisser mijoter à feu doux pour au moins 20-30 minutes.
  4. Utiliser un couteau en métal (pas de plastique) pour tasser la mousse qui se forme sur le dessus et voir comment votre beurre se porte. Votre ghee sera prêt lorsqu’il devient clair et transparent. Consultez les images ci-dessous.
  5. Arrêter le feu et laisser refroidir 1-2 heures.
  6. Filtrer avec un petit filtre en métal et / ou coton à fromage.
  7. Entreposer dans des pots hermétiques en verre (au frigo ou à la température ambiante).
  8. Utiliser généreusement pour la cuisson de vos viandes et légumes, pour servir en accompagnement pour vos légumes et purées de patate douce (avec de la cannelle, miam!) ou dans toute recette demandant un corps gras.

gheepaspret

gheepret

solides

ghee1

Bon appétit! 😀

Entrevue des Éditions Thierry Souccar avec l’auteur Aglaée Jacob, diététiste-nutritionniste

SAMSUNG CSC
Bonjour tout le monde!

Tout récemment, les Éditions Thierry Souccar qui publieront mon livre « Je me mets au paléo » sous peu m’ont interviewée. Voici le résultat et n’oubliez pas de consulter leur site internet pour trouver d’autres livres avant-gardistes sur la nutrition et la santé.

Sans plus tarder, voici mon entrevue!

Aglaée

Entrevue des Éditions Thierry Souccar avec
l’auteur Aglaée Jacob, diététiste-nutritionniste

Diététicienne-nutritionniste, Aglaée Jacob est une pionnère du mouvement paléo au Québec. Avec Je me mets au paléo, elle fournit un véritable guide pratique de transition vers l’alimentation paléo. Rencontre.

Pourquoi avez-vous adopté le régime paléo ?

J’ai adopté le mode de vie paléo autant pour des raisons de santé que pour des arguments rationnels scientifiques. Après quelques années à pratiquer comme nutritionniste en suivant les principes de la nutrition conventionnelle recommandant de réduire les graisses et de prioriser les produits céréaliers à grains entiers, je me suis rendu compte que cette approche n’était pas très efficace autant pour moi que pour les clients avec lesquels je travaillais, la plupart souffrant dediabète de type 2, de surpoids ou de problèmes digestifs.

C’est pourquoi j’ai alors décidé d’élargir mes horizons et de chercher d’autres alternatives. En 2010, j’ai donc commencé à expérimenter l’alimentation paléo. Ce changement m’a finalement aidée à me donner plus d’énergie ainsi qu’à prendre le contrôle de mes problèmes digestifs sévères tout en équilibrant mes hormones (syndrome des ovaires polykystiques).

Le régime paléo a définitivement fait ses preuves pour moi, de même que pour des centaines de clients avec lesquels j’ai travaillé dans les dernières années.

Qu’est-ce qui a été le plus difficile dans votre transition ?

Avant de manger paléo, j’étais complètement accro au blé et au sucre. Dire non au pain frais, aux biscuits aux brisures de chocolat et aux croissants a été difficile au départ. Mais j’ai par la suite appris à faire des versions paléo à base de farine de noix de coco et avec des ingrédients plus santé si j’en sentais le besoin (sauf pour les croissants… ils sont malheureusement impossibles à reproduire !).

Après quelques semaines, mon désir pour ces aliments a disparu ! Maintenant, je peux apprécier l’odeur de ces aliments sans même avoir le goût d’en manger, tout comme on peut apprécier les fragrances des fleurs sans les manger.

J’avais également peur du gras et ça m’a pris quelques mois avant de finalement l’incorporer plus généreusement dans mon assiette. Il est difficile de changer des années d’endoctrinement contre les graisses en général et les graisses saturées en particulier, mais je suis la preuve qu’on puisse s’en sortir. Les graisses, même saturées, sont bonnes pour la santé !

Qu’est-ce qui a changé dans votre vie depuis l’adoption de ce régime ?

Manger paléo m’a permis de guérir mes intestins et de dire adieu aux ballonnements et autres problèmes qui me faisaient passer beaucoup de temps dans la salle de bain. Ce mode de vie m’a également permis d’équilibrer mes hormones avec le syndrome des ovaires polykystiques pour me donner l’opportunité de concevoir naturellement et de maintenant avoir un beau petit garçon en santé.

Et c’est sans mentionner toute l’énergie que j’ai maintenant pour écrire des livres et des billets pour mes blogs, pour continuer sans cesse d’approfondir mes connaissances et pour aider d’autres gens à retrouver la santé en utilisant les aliments comme médicaments.

Est-ce que votre famille mange comme vous ?

Tout à fait. Mon mari a adopté l’alimentation paléo en même temps que moi, même s’il n’avait pas de problème de santé car la science de la nutrition paléo lui paraissait parfaitement logique. Quant à mon fils, il est encore nourri exclusivement au sein (de lait maternel paléo !) mais il va manger comme nous sous peu. J’ai bien hâte de lui faire goûter ses premiers aliments qui seront le jaune d’œuf, le foie, l’avocat et la patate douce.

En plus de l’alimentation, avez-vous modifié autre chose dans votre vie ?

Le paléo est beaucoup plus qu’un régime pour moi : c’est un mode de vie.

À part l’alimentation, j’essaie de passer plus de temps en plein air pour profiter des rayons du soleil et marcher sans souliers (du moins quand la température le permet au Canada !), je priorise mon sommeil et essaie de dormir au moins 8-9 heures par nuit (c’est un peu plus difficile avec un bébé toutefois !), je me suis débarrassée des meubles dans mon salon et j’adopte plusieurs méthodes de nos ancêtres pour m’occuper de mon fils, incluant le cododo, le portage et l’allaitement sur demande.

Votre meilleur conseil pour quelqu’un qui voudrait se lancer dans votre Défi 30 jours ?

Je dirais que mon meilleur conseil est de simplement de se lancer ! Il est bien de prendre le temps de se préparer, d’écrire une liste de raisons pour se motiver et de trouver des gens dans son entourage pour faire le défi ensemble, mais il ne faut pas attendre le moment parfait pour s’y mettre car ça n’existe pas. Il faut seulement se lancer et les résultats parleront par eux-mêmes.

Votre recette paléo préférée ?

Je cuisine à tous les jours mais utilise rarement des recettes… j’aime bien la simplicité ! J’aime combiner de la viande, des légumes, des bonnes graisses et différents assaisonnements pour créer de nouveaux repas nutritifs avec ce que j’ai dans ma cuisine.

Mais si je dois nommer une recette (ou disons 2), je dirais que c’est le bouillon d’os (recette dans le livre) qui m’a tellement aidée avec la guérison de mes intestins et les chips de plantains (recette sur mon blog) qui sont présentement ma douceur favorite.

logo
Je me mets au paléo,
208 pages couleur,
16,05 euros

Manger paléo pour perdre du poids

Beaucoup de gens s’intéressent à la nutrition et expérimentent avec différentes diètes dans le but de perdre du poids. Et c’est d’ailleurs souvent l’une des raisons pour laquelle plusieurs donnent une chance à la diète paléo.

Voyons pourquoi l’alimentation paléo peut vous aider à atteindre un poids plus santé. Il est important de noter que j’utilise poids santé parce que la diète paléo peut aider les gens trop maigres à gagner du poids pour atteindre un poids plus santé autant qu’elle peut aider les gens avec surplus de poids à en perdre.

 

Est-ce que le paléo peut vraiment aider à perdre du poids?

La réponse est oui!

Bien sûr, chaque personne est différente. Certaines personnes perdent du poids plus rapidement lorsqu’elles se mettent au paléo, surtout si elles ont beaucoup de poids à perdre ou si leur alimentation précédente incluait beaucoup d’aliments transformés.

Mais peu importe où vous vous trouvez sur ce continuum, manger paléo peut vous aider à vous rapprocher de votre poids santé.  

 

aliments paléo = plus grande satiété = moins de fringales

Liste des aliments paléoLes études scientifiques montrent que manger paléo peut aider à réduire la faim et à se débarasser des fringales. Ce qui est génial dans tout ça est que les participants dans ces études arrivaient à manger moins sans même faire d’effort. Sans compter les calories, sans mesurer les portions et sans se préocupper de quoi que ce soit d’autre que la qualité des aliments qu’ils choisissent.

Vous pouvez en faire de même en choisissant seulement que des aliments paléo pour mettre dans votre assiette. Print

En éliminant les aliments transformés riches en glucides, en sucre et en ingrédients difficiles à prononcer, vos signaux de faim vont enfin se mettre à mieux fonctionner.

Si vous êtes du type à toujours avoir faim, à devoir manger plus de 5 à 6 fois par jour ou même à avoir encore faim juste après avoir terminé un repas, le paléo peut vraiment vous aider à rétablir les différentes hormones signalant la faim et la satiété à votre cerveau.

Sans cette faim insatiable et ces constantes fringales, vous pourrez enfin manger à votre faim sans vous priver ou vous faire mourir de faim tout en perdant du poids!

 

« Enfin, des aliments nutritifs » dit votre cerveau 😉

Une autre des raisons pour laquelle il est si difficile d’arrêter de manger les aliments transformés est qu’ils ont une TRÈS faible densité nutritionnelle.

Quasi inexistante en fait…

En d’autres mots, ça veut dire que manger beaucoup d’aliments transformés, ce qui est plutôt la norme de nos jours, n’arrive pas à combler vos besoins nutritionnels.

Alors votre cerveau vous envoie le message de manger davantage, dans l’espoir de finalement obtenir les vitamines, minéraux et antioxydants dont il a besoin. Mais puisque vous continuez à manger des aliments transformés, vous vous retrouvez non seulement carencés du point de vue nutritionnel mais également avec un surplus de gras autour de la taille et des hanches.

C’est pas votre cerveau qui ne fonctionne pas bien, il ne fait que faire son travail.
C’est le type d’aliments que vous mangez le problème.

Les aliments paléo, tels que les légumes, les fruits, les racines, les protéines animales (viande de pâturage, oeufs de poules en liberté, poisson pêché à l’état sauvage) et les gras traditionnels (beurre de vache de pâturage, huile d’olive extra-vierge, avocat et huile de noix de coco), ont une EXCELLENTE densité nutritionnelle.

Enfin, votre cerveau sera content de voir que votre corps reçoit enfin les nutriments dont il manquait, incluant toutes les vitamines, minéraux et antioxydants nécessaires à son bon fonctionnement. Et enfin, vous pourrez vraiment sentir ce que c’est que de se sentir rassasié et de ne plus avoir faim à longueur de journée.

Lorsque l’on donne les bons aliments à notre corps, il devient beaucoup plus facile, enfin, de bien sentir ses signaux de satiété. Fini le cookie monster de Sesame Street. 😉

 

éliminer les intolérances alimentaires
= moins d’inflammation = perte de poids

Une autre des raisons pour laquelle le paléo peut être si efficace pour la perte de poids est qu’il élimine les aliments les plus susceptibles de vous causer des intolérances alimentaires et de l’inflammation dans votre corps.

Ces aliments auxquels vous pouvez être intolérants sans le savoir incluent:

  • le gluten (le blé, seigle, orge, triticale et la plupart de l’avoine),
  • les produits laitiers (surtout le lait, yogourt, fromage),
  • le soya (souvent OGM),
  • le sucre (souvent OGM),
  • les arachides (cacahouètes),
  • le maïs (souvent OGM),
  • et plusieurs autres ingrédients artificiels et transformés.

En éliminant ces aliments qui sont responsables de plusieurs intolérances alimentaires, souvent à votre insu, vous vous débarassez du même coup de l’inflammation excessive dans votre corps qui peut vous poser une panoplie de problèmes de santé et vous empêcher de perdre du poids (ou même vous en faire gagner!).

Notez qu’une intolérance alimentaire est différente d’une allergie. Les docteurs ne se préoccupent habituellement que des allergies alimentaires. Bien qu’il soit très important de le faire étant donné les conséquences très graves qu’elles peuvent entraîner (voire choc anaphylactique et la mort), les intolérance alimentaires sont BEAUCOUP plus fréquentes, nous incommodent la vie CHAQUE JOUR et affectent notre santé et notre poids à long-terme.

Alors pourquoi ne pas essayer d’éliminer ces aliments et voir si votre corps arrive enfin à mieux fonctionner sans eux? Ça ne veut pas dire que vous êtes intolérants à toute cette liste, mais même si seulement un de ces aliments vous causent de l’inflammation et une réaction d’intolérance alimentaire, l’éliminer peut faire toute la différence!

 

réduction des glucides = facilité à brûler les gras

L’alimentation paléo n’est pas nécessaire une diète faible en glucides. Mais l’alimentation paléo est définitivement plus faible en glucides comparativement à ce que la plupart de gens mangent et à ce qui est recommendé par la plupart des nutritionniste, docteurs et agences gouvernementales.

La plupart des gens obtiennent 55-65% de leurs calories sous forme de glucides, ce qui correspond à 275-325 g de glucides par jour. C’est ÉNORME! 

Et tout ces glucides proviennent de produits céréaliers, du sucre et des aliments transformés, soit des aliments ayant une pauvre valeur nutritionnelle.

Pour vous donner une idée, l’alimentation paléo donne généralement entre 50 g et 150 g de glucides par jour, ce qui est MOINS DE LA MOITIÉ comparativement à l’alimentation conventionnelle. Les gras paléo et davantage de légumes remplacent ces glucides dans l’assiette paléo.

La raison pour laquelle ce facteur est important pour perdre du poids est que trop de glucides conduisent à l’hypersécrétion d’insuline, une hormone qui lorsque présente en trop grande quantité facilite le stockage des graisses.

La diète paléo peut vous aider à réduire votre consommation de glucides et ainsi à diminuer votre sécrétion d’insuline pour vous aider à enfin arrêter de stocker les graisses et de commencer à les brûler.

 

poids santé vs poids idéal

Je recommende habituellement aux gens de donner un minimum de 30 jours au paléo. Si vous vous y mettez sérieusement, cette période de temps vous permettra certainement de voir si ça peut fonctionner pour vous. Bien sûr, ça ne veut pas dire que vous allez atteindre votre poids santé en un petit mois, mais vous allez rapidement savoir si cette façon de manger pourrait vous aider à vous en rapprocher avec le temps.

Car il est important de comprendre qu’un mois ne peut pas effacer tous les problèmes causer par des décennies de malbouffe, de sédentarité et de stress.

Donnez une chance à votre corps de récupérer et vous atteindrez ensuite plus facilement un poids santé.

Note: Un poids santé est un poids qui est santé autant pour votre corps,  votre bien-être et votre santé mentale. Ça ne correspond pas nécessairement à votre poids de rêve. En fait, les objectifs de perte de poids qui ne sont pas réalistes vont à l’encontre de votre santé physique et mentale. Il est préférable de se fixer des objectifs au niveau de son alimentation, sur laquelle vous avez un certain contrôle, plutôt que des objectifs de perte de poids en termes de livres, kilos ou centimètres, sur lequel vous n’avez pas le contrôle. La paléo n’est pas juste un autre régime.

 

Le paléo est plus qu’un régime, c’Est un mode de vie

Il ne faut pas oublier que le paléo n’est pas qu’un autre régime ou une autre diète.
C’est un mode de vie.

Qu’est-ce que ça veut dire? Ça veut dire qu’idéalement, vous ne déciderez pas de manger paléo pour seulement une semaine ou deux pour perdre un petit excédent de poids comment vous faites avec le régime de la soupe au chou (que je ne conseille absolument PAS!).

La décision de manger paléo devrait idéalement être basée sur le désire d’améliorer sa santé tout d’abord.

être en santé et atteindre un poids santé: la poule ou l’oeuf?

Lorsque mes clients ont de la difficulté à perdre du poids en mangeant paléo, c’est habituellement parce qu’ils n’ont pas optimisés leur alimentation de façon à améliorer leur santé. Plusieurs personnes croient que perdre du poids est une façon d’améliorer leur santé, mais  c’est en fait le contraire.

La vérité est que ce n’est que lorsque l’on mange de façon à améliorer sa santé que notre corps peut finalement atteindre un poids santé pour nous.

Et puisque le paléo est un mode de vie, ça devrait également inclure plusieurs autres modifications de vos habitudes de vie qui ont tous un rôle très important à jouer pour optimiser votre santé et vous aider à atteindre un poids santé.

Ces autres habitudes incluent (liste non-exhaustive):

  • minimiser et gérer le stress,
  • prioriser le sommeil,
  • optimiser sa flore intestinale,
  • corriger des déficiences nutritionnelles,
  • socialiser avec les gens qu’on aime.
Faites plus que manger paléo… vivez paléo!

 

Et si le paléo ne marche pas pour vous?

Ce billet est déjà trop long, j’en discuterai dans un autre billet à venir!

N’oubliez pas de cliquer ici si vous avez des questions spécifiques. Et si vous avez besoin de soutient et d’encouragement, joignez mon prochain défi paléo 30 jours le prochain mois:

RFC2015

Les 5 erreurs les plus communes lorsque l’on se met au paléo

La popularité de la diète paléo a augmenté très rapidement dans les dernières années et plusieurs décident de s’y mettre pour profiter de ses nombreux bénéfices, incluant:

  • l’atteinte d’un poids santé (perte de poids ou gain de poids selon la situation,
  • le contrôle de problèmes intestinaux,
  • l’amélioration des niveaux d’énergie,
  • l’équilibre hormonal,
  • le contrôle de la glycémie,
  • l’amélioration d’une condition auto-immune ou
  • l’optimisation de ses performances au gym.

Je suis toujours contente lorsque les gens donne une chance au mode d’alimentation paléo mais ça m’attriste lorsqu’ils n’obtiennent pas les résultats désirés par manque d’information. Oui, il y a beaucoup de livres et de sites internet dédiés au paléo, l’information donnée n’est malheureusement pas toujours juste.

En tant que nutritionniste qui mange paléo depuis 5 ans et qui a travaillé avec des centaines de clients se mettant au paléo, voici les 5 erreurs les plus communes que les gens font.

 

Les 5 erreurs les plus communes
lorsque l’on se met au paléo

 

1. Manger trop de viande 

PrintLa première erreur est de penser que manger paléo consiste à manger de grande quantités de viande. Ce n’est pas du tout le cas!

En fait, la quantité de protéines dans l’alimentation paléo n’est pas tellement différente de ce qui est recommendé même par les nutritionnistes conventionnels.

L’alimentation paléo n’est PAS une diète hyperprotéinée (haute en protéines).

Cliquez sur l’assiette paléo à gauche pour l’agrandir et mieux comprendre de quoi devrait avoir l’air une assiette paléo équilibrée.

Pour la plupart des gens, la portion de protéines devrait correspondre à la grosseur de la paume de la main… et la reste de l’assiete devrait provenir d’aliments d’origine végétale, tels que des légumes, des racines et des fruits.

Manger paléo veut souvent dire manger plus de légumes que les végétariens!

 

2. Ne pas manger assez
(surtout de bons gras!)

Une autre erreur très commune pour les gens qui se mettent au paléo est de ne pas manger suffisamment. Si vous lisez un peu sur le paléo, vous avez sûrement appris que mesurer les portions et compter les calories ne sont pas du tout recommendé. Toutefois, il faut tout de même s’assurer de consommer des portions adéquates et une quantité appropriée de calories pour bien fonctionner.

Il est important de manger un minimum de calories pour permettre de combler nos besoins nutritionnels (macronutriments, vitamines, minéraux, antioxydants…).

La diète paléo n’est pas une diète hypocalorique, quoi qu’elle aide souvent les gens nécessitant une perte de poids à mieux contrôler leur appétit et à se sentir rassasier avec des portions plus appropriées à leur corps.

En coupant les produits céréaliers, les légumineuses (incluant le soya et les arachides), les huiles végétales, le sucre et les aliments transformés, plusieurs oublient de remplacer ces calories par autre chose de plus nutritif.

Une partie des aliments éliminés peuvent être remplacés par plus:

  • de légumes,
  • des fruits,
  • des racines (pomme de terre, patate douce, betterave…),
  • des courges d’hiver,
  • des noix et des purées de noix…

Mais ce qui manque habituellement dans
l’assiette paléo des débutants sont les GRAS!!!

Manger paléo, c’est manger plus de gras. Et oui, surtout des gras saturés et monoinsaturés provenant des aliments suivants:

  • du beurre et du beurre clarifié (ghee), idéalement de vaches de pâturage
  • de l’huile de coco, idéalement vierge et biologique
  • des avocats et de la guacamole
  • de l’huile d’olive ou de l’huile d’avocat (extra-vierge)
  • du bacon et son gras (oui, une nutritionniste vous dit de manger du bacon!) 😉
  • de la graisse de canard
  • la peau du poulet
  • des noix (amandes, noisettes, macadam) et leurs purées
  • de l’huile de palme (obtenue de façon responsable)

Paleo_CoverVoilà!Consultez l’assiette santé plus haut pour savoir combien en ajouter car des bons gras paléo devraient être présents à chacun de vos repas. Ils aident à la satiété, promouvoient l’absorption de plusieurs nutriments liposolubles (oméga-3, vitamines A, D, E et K ainsi que plusieurs autres antioxydants comme la coenzyme Q10), aident votre corps à mieux brûler les gras et sont tout simplement délicieux.

Et non, les gras paléo ne bloqueront pas vos artères… je discute de ce sujet en profondeur dans mon livre.

 

3. Ne pas ajouter de sel (non-raffiné)

Du sel? N’est-ce pas l’ennemi de vos artères et de votre pression artérielle?

Si vous voulez une réponse simple: NON.

Puisque les aliments paléo sont naturels et non-transformés, ils contiennent très peu de sodium (sel). Et nous avons BESOIN d’une certaine quantité de sodium pour bien fonctionner. Surtout lorsque nous faisons la transition à une alimentation plus faible en glucides comme la diète paléo (puisqu’elle élimine les produits céréaliers et le sucre).

Ne pas ajouter de sel à ses aliments est l’une des raisons pour lesquelles plusieurs personnes souffrent d’effets secondaires, tels que de la fatigue,  de la constipation, des étourdissements ou des maux de tête, lorsqu’ils adoptent une alimentation paléo.

La plupart des gens fonctionnent mieux avec 1/2 à 1 c. à thé/café (soit 2 à 5 ml) de sel par jour! Ce sel peut faire parti de vos repas ou être ajouté à votre verre d’eau si vous préférez.

Quel sel devrais-je utiliser?

Avant de vous jeter sur votre salière, regardez quel type de sel vous avez dans votre cuisine. Le sel de table est habituellement très transformé.

Il est préférable de choisir un sel non-raffiné puisqu’il va goûter beaucoup meilleur tout en vous apportant une variété de minéraux (pas seulement que du sodium comme dans le sel de table). Mes sels non-raffinés préférés sont le sel himalayen et le sel celtique.

 

4. Ne pas maximiser la densité nutritive

Se mettre au paléo n’est pas comme se mettre à n’importe quelle autre diète ou régime.

Manger paléo, c’est plutôt un style de vie où l’on décide de manger d’une certaine façon pas seulement pour atteindre un poids santé mais surtout pour se sentir bien et réduire notre empreinte environnementale sur la planète.

Pour se faire, il est important d’aller au-delà du repas paléo débutant qui inclut une poitrine de poulet, des brocolis cuits à la vapeur et de l’huile de coco. Bien que ces aliments soient paléo, ils ne vous permettent pas de maximiser la densité nutritive de votre alimentation.

Je comprends qu’il soit assez difficile de comprendre ce qu’est le paléo au paléo et de s’y mettre au départ, mais après un certain temps il est important d’explorer une plus grande variété de légumes, de fruits, de racines et de gras.

Il est aussi une très bonne idée pour votre santé d’essaye de découvrir davantage les abats (foie, coeur, os et autres organes) qui sont EXTRÊMEMENT nutritifs.

Saviez-vous que nos ancêtres chasseurs-cueilleurs mangaient toujours
les abats en premier et qu’ils donnaient les restants de viande de muscle
(la viande qu’on mange tout le temps) aux chiens?
Pourquoi faisons-nous le contraire aujourd’hui?
Avons-nous oublié de suivre la sagesse de nos ancêtres? 

 

5. Ne pas S’informer d’où viennent ses aliments

Dans les mêmes lignes que l’erreur #4 ci-dessus, une des erreurs les plus communes lorsque les gens se mettent au paléo est de continuer à acheter tous leurs aliments au supermarché sans se poser plus de questions.

Oui, peut-être que les aliments que vous mangez correspondent à la définition de paléo… mais avez-vous pensé à d’où vous aliments viennent? Est-ce que des produits chimiques et pesticides sont utilisés pour leur production? Pourraient-ils contenir des OGMs (organismes génétiquement modifiés)? Est-ce que les animaux sont traités de façon humaine? Sont-ils nourris de façon optimale pour qu’ils soient en santé? Sont-ils bourrés d’antibiotiques, d’OGMs, d’hormones et de résidus de pesticides?

Manger de la viande est compatible avec respecter la vie animale.

D’oû viennent vos aliments?

Si vous voulez faire plus que de manger paléo et voulez vraiment en faire un mode de vie, commencez à vous poser ces questions.

Visitez les marchés fermiers.
Contactez des agriculteurs.
Et surtout, n’ayez pas peur de poser des questions.
C’est votre santé et celle de la planète qui est en jeu après tout.

 

Qu’en pensez-vous? 😉

La pomme de terre, paléo ou pas?

Avez-vous entendu de cette grande contreverse dans la communauté paléo?

Et oui, la question du jour est:

« est-ce que la pomme de terre
(ou patate) est paléo ou pas? »

chocolate cake in a mug

La raison pour laquelle certaines personnes croient encore que la patate n’est pas paléo remonte à un des premiers livres écrit au sujet de la diète paléo qui l’éliminait puisqu’elle ne semblait pas avoir été consommée durant la période paléolithique.

Mais il ne faut pas oublier que d’autres aliments acceptés dans l’alimentation paléo, tels que l’huile de coco, le beurre et le chocolat noir, ne faisaient pas partis non plus de nos ancêtres chasseurs-cueilleurs à l’époque paléolithique.

L’alimentation de nos ancêtres chasseurs-cueilleurs
n’Est qu’un guide…!

Bien qu’on utilise l’alimentation de l’homme avant l’introduction de l’agriculture comme guide pour savoir ce que l’on devrait manger aujourd’hui, ce n’est qu’un guide. Il faut ensuite analyser l’aliment en question d’un peu plus près afin de décider s’il peut faire parti de l’alimentation paléo ou pas.

La pomme de terre comme tous les autres légumes racines est permise dans la diète paléo puisqu’il s’agit d’une racine. La patate est un aliment avec qu’un seul ingrédient, non-transformé et apportant une bonne dose de nutriments.

Non à la pelure et aux parties vertes de la patate

Il est toutefois important de ne PAS consommer la pelure (contrairement à ce que la plupart des diététistes-nutritionnistes disent) ou les parties vertes (solanine) qui contient des antinutriments. Qu’est-ce que c’est que ça? Des antinutriments sont, comme leur nom l’indique, des composés qui nous empêchent d’absorber les nutriments, principalement des minéraux comme le fer, le magnésium et le zinc, que nous consommons au même repas… Mieux vaut éviter!

Attention aux glucides

Pour les gens qui essaient de réduire leur apport en glucide, que ce soit pour perdre du poids ou mieux contrôler sa glycémie, son taux de sucre ou son diabète, il est important de savoir qu’une patate de grosseur moyenne contient l’équivalent des glucides trouvés dans 2 tranches de pain (30 g de glucides) et que son indice glycémique (IG) est relativement élevé (surtout si consommée seule).

Famille des solénacées + arthrite = ouch!

Pour les gens qui souffrent d’arthrite ou d’une malade auto-immune,
les aliments appartenant à la famille des solénacées ne sont pas l’idéal. Ceci inclut:

  • pomme de terre (exception: patate douce)
  • tomate
  • aubergine
  • poivrons
  • piments de toutes sortes (incluant poudre de chili, tabasco, etc)
  • baie goji
  • cerises de terre

Si c’est vous, il vaudrait donc mieux remplacer la pomme de terre par la patate douce
ou d’autres légumes / légumes-racines.

En fait, il serait préférable d’éviter tous les aliments de la famille des solénacée pour au moins 1-3 mois avant de le réintroduire pour voir comment ils affectent vos symptômes.

conclusion

La pomme de terre peut faire partie d’une alimentation paléo équilibré.

Pas à tous les jours et pas pour remplacer des aliments plus nutritifs bien sûr. Il est également préférable de choisir des pommes de terre biologiques car c’est l’une des cultures qui contient le plus de résidus de pesticides (donnée sdes États-Unis).

Et vous, mangez-vous des patates?

Alors voilà, c’est mon opinion.

Le paléo c’est utilisé l’alimentation de nos ancêtres comme un guide pour mieux analyser quels aliments modernes sont optimaux pour la santé. Personnellement, je mange des pommes de terre à l’occasion.

Pour réduire l’impact sur ma glycémie (taux de sucre) dû à son contenu en glucides et haut IG, je la consomme toujours dans le cadre d’un repas avec une portion de protéines et une portion de généreuses de bons gras paléo. 😉

Une autre façon de réduire l’IG de la pomme de terre est de la faire cuire, puis de la faire refroidir avant de finalement la faire réchauffer pour consommer. Le processus de refroidissment après cuisson permet de « rétrograder » l’amidon et en réduit l’IG. 😉

Et vous, mangez-vous des patates?

Succès paléo de Lyne

Voici l’histoire inspirante de Lyne, atteinte de diabète de type 2 et de fibromyalgie, qui a débuté son aventure paléo il y a environ 6 mois et a déjà perdu près de 50 livres (22 kg).  Le paléo transforme vraiment des vies! 😀
J’ai débuté l’aventure Paléo en août 2014 suite à l’annonce d’une pathologie de fibromyalgie.  Mais avec un diabète de type 2  cela faisait déjà 10 mois que j’étudiais le dossier en anglais puisque je ne savais pas que cela était déjà disponible au Québec.  J’avais un poids de 308 lbs en janvier 2014 et un poids de 255 lbs en janvier 2015 ce qui veut dire qu’une relâche de poids très appréciable c’est opéré pour moi depuis les 5 derniers mois puis que mon poids était de 296 lbs en août 2014. 

Je ne peux faire d’exercice intense dû à une hernie ombilical mais la marche, la boxe et du step léger sont mes seuls sports actuellement.  Ce n’est donc pas le sport mon meilleur atout pour la relâche de poids.  Mon corps se remodèle de partout à la fois.  Je retrouve des parties de mon corps que les masses graisseuses avaient autrefois cachés!  Les endroits si difficiles d’où on ne perd jamais et bien j’en perd encore et c’est merveilleux ! 

Mon époux qui a un léger surplus de poids mange Paléo maintenant car il aime ce qu’il voit et comment je me sens bien dans ma peau.  Un chose qu’il n’a pas eu la chance de voir depuis des années. 

Merci la méthode Paléo et surtout Merci à Aglaée d’être notre porte parole du monde des Diététistes-Nutritionnistes.

Lyne (Québec, Canada)

Downloads3

La pyramide paléo: presque la même chose que la pyramide conventionnelle mais à l’envers!

De quoi a l’air la pyramide paléo?

Elle est certainement TRÈS différente de la pyramide alimentaire conventionnelle, peu importe si vous êtes en France, en Belgique, en Suisse, au Canada (Québec) ou ailleurs.

Puisqu’il n’y a pas qu’une seule façon de manger paléo, les proportions peuvent varier légèrement mais voici MA pyramide paléo.

pyramide paléo

Liste des aliments paléo

***
Consultez la liste des aliments paléo
pour savoir quels aliments sont inclus
dans chacune des catégories.
(cliquez sur l’image à gauche)
***

Vous pouvez télécharger la pyramide paléo en pdf en ciquant ci-dessous!

Téléchargez le pdf gratuit!

Téléchargez le pdf gratuit!

Qu’en pensez-vous?
De quoi a l’air votre pyramide paléo?

De quoi a l’air une assiette paléo?

Peut-être commencez-vous à mieux comprendre ce qu’est l’alimentation paléo maintentant que vous avez une liste des aliments paléo (cliquez ici pour l’obtenir)… mais vous n’êtes pas encore certains de comment assembler ces différents aliments dans votre assiette pour créer un repas paléo équilibré?

Suivez ce guide tout simple pour avoir les bonnes proportions des différents macronutriments (lipides, protéines et glucides) et des micronutriments (vitamines, minéraux et antioxydants).

Une grande partie de l’assiette paléo est dédiée aux légumes…!

En fait, la plupart des gens qui mangent paléo mange plus de légumes que la majorité des végétariens! Ensuite, complétez avec une portion de protéines animales et des assaisonnements au goût.

Mais n’oubliez surtout pas d’ajouter de bons gras!

Il peut faire bizarre lorsque l’on commence à manger paléo de penser à manger suffisamment de gras, mais c’est vraiment important! Les gras sont une excellent source d’énergie et ceux inclut dans l’alimentation paléo ne sont pas des calories vides. Au contraire, ils fournissent des nutriments vraiment important au fonctionnement optimal de votre corps… alors soyez généreux!

Cliquez sur l’image ci-dessous pour télécharger l’assiette paléo en version pdf. Imprimez-la et accrochez-la sur votre frigo pour vous guider lorsque vous cuisinez.

Print

LogoPDF

Téléchargez le pdf!