La pomme de terre, paléo ou pas ?

Avez-vous entendu parler de cette grande controverse dans la communauté paléo ?

Et oui, la question du jour est :

« Est-ce que la pomme de terre
(ou patate) est paléo ou pas ? »

chocolate cake in a mug

La raison pour laquelle certaines personnes croient encore que la patate n’est pas paléo remonte à un des premiers livres écrit au sujet de la diète paléo qui l’éliminait puisqu’elle ne semblait pas avoir été consommée durant la période paléolithique.

Mais il ne faut pas oublier que d’autres aliments acceptés dans l’alimentation paléo, tels que l’huile de coco, le beurre et le chocolat noir, ne faisaient pas partie non plus du régime de nos ancêtres chasseurs-cueilleurs à l’époque paléolithique.

L’alimentation de nos ancêtres chasseurs-cueilleurs
n’est qu’un guide…!

Bien qu’on utilise l’alimentation de l’homme avant l’introduction de l’agriculture comme guide pour savoir ce que l’on devrait manger aujourd’hui, ce n’est qu’un guide. Il faut ensuite analyser l’aliment en question d’un peu plus près afin de décider s’il peut faire partie de l’alimentation paléo ou pas.

La pomme de terre comme tous les autres légumes racines est permise dans la diète paléo puisqu’il s’agit d’une racine. La patate est un aliment avec un seul ingrédient, non-transformé et apportant une bonne dose de nutriments.

Non à la pelure et aux parties vertes de la patate

Il est toutefois important de ne PAS consommer la pelure (contrairement à ce que la plupart des diététistes-nutritionnistes disent) ou les parties vertes (solanine) qui contient des antinutriments.

Qu’est-ce que c’est que ça ? Les antinutriments sont, comme leur nom l’indique, des composés qui nous empêchent d’absorber les nutriments, principalement des minéraux comme le fer, le magnésium et le zinc, que nous consommons au même repas… Mieux vaut éviter !

Attention aux glucides

Pour les gens qui essaient de réduire leur apport en glucides, que ce soit pour perdre du poids ou mieux contrôler sa glycémie, son taux de sucre ou son diabète, il est important de savoir qu’une patate de grosseur moyenne contient l’équivalent des glucides trouvés dans 2 tranches de pain (30 g de glucides) et que son indice glycémique (IG) est relativement élevé (surtout si consommée seule).

Famille des solanacées + arthrite = ouch !

Pour les gens qui souffrent d’arthrite ou d’une malade auto-immune, les aliments appartenant à la famille des solénacées ne sont pas l’idéal. Ceci inclut :

  • pomme de terre (exception : patate douce)
  • tomate
  • aubergine
  • poivrons
  • piments de toutes sortes (incluant poudre de chili, tabasco, etc)
  • baie goji
  • cerises de terre

Si vous êtes concerné, il vaudrait donc mieux remplacer la pomme de terre par la patate douce ou d’autres légumes / légumes-racines.

En fait, il serait préférable d’éviter tous les aliments de la famille des solanacées pour au moins 1-3 mois avant de les réintroduire pour voir comment ils affectent vos symptômes.

Conclusion

La pomme de terre peut faire partie d’une alimentation paléo équilibrée.

Pas tous les jours et pas pour remplacer des aliments plus nutritifs, bien sûr. Il est également préférable de choisir des pommes de terre biologiques, car c’est l’une des cultures qui contient le plus de résidus de pesticides (données des États-Unis).

Et vous, mangez-vous des patates ?

Alors voilà, c’est mon opinion.

Le paléo c’est utiliser l’alimentation de nos ancêtres comme un guide pour mieux analyser quels aliments modernes sont optimaux pour la santé. Personnellement, je mange des pommes de terre à l’occasion.

Pour réduire l’impact sur ma glycémie (taux de sucre), dû à son contenu en glucides et haut IG, je la consomme toujours dans le cadre d’un repas avec une portion de protéines et une portion de généreuse de bons gras paléo. 😉

Une autre façon de réduire l’IG de la pomme de terre est de la faire cuire, puis de la faire refroidir avant de finalement la faire réchauffer pour consommer. Le processus de refroidissement après cuisson permet de « rétrograder » l’amidon et en réduit l’IG. 😉

Et vous, mangez-vous des patates ?

Partagez :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur pinterest
Pinterest
Aglaée Jacob, MS, RD [radicata nutrition]

Aglaée Jacob, MS, RD [radicata nutrition]

Aglaée Jacob, MS, RD est une diététiste, nutritionniste et auteure de 3 livres incluant Je me mets au Paléo. Elle a utilisé l'alimentation paléo pour se guérir de problèmes digestifs et hormonaux incluant le syndrome des ovaires polykystiques. Elle s'intéresse aussi beaucoup à la croissance personnelle et la spiritualité. Sa mission est d'aider les gens à se sentir alimentés à tous les niveaux : corps + tête + coeur + âme. Elle habite dans la belle petite ville de Magog au Québec. Vous pouvez la trouver à RadicataNutrition.com et sur Instagram à @radicatanutrition ou écouter son podcast " the nourishing podcast " (contenu en anglais).

Ces articles pourraient vous intéresser :

7 réponses

  1. Désolée, mais la PdT n’est pas une racine, mais un tubercule. Et elle n’est pas paléo, de même que je beurre ne l’est pas…

  2. Le soir, j’alterne pomme de terre et patate douce cuite à l’eau (pas d’autres moyen chez moi), j’aime beaucoup et je me demandais si c’était paléo, merci! 🙂

  3. J’adore les pommes de terre! Mes sources de glucides paléo sont les patates douces et les pommes de terre, mais je consomme également du riz et du sarrasin, car certains sites paléo disent que ça ne pose pas de problème.

    Qu’en pensez-vous?

    1. Bonjour Lise,

      Je recommende de d’abord éliminer les céréales mais après un défi 30 jours, certaines personnes qui tolèrent bien les glucides peuvent essayer de réintroduire ces céréales sans gluten. Je suggère de choisir le riz blanc (plutôt que le brun) et de bien préparer le sarrasin (idéalement le fermenter) pour augmenter sa digestibilité et réduire le contenu en antinutriments.

      Bon appétit!

      Aglaée

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Deux livres

indispensables

pour débuter le paléo