Podcast paléo protocole AIP

Témoignage : le protocole AIP pour lutter contre ma maladie auto-immune

La blogueuse Sophie Van Tiggelen (site: asquirrelinthekitchen.com) nous explique qu’elle a utilisé une version de la diète paléo, appelée le protocole paléo auto-immunitaire / autoimmune (AIP), pour prendre sa santé en main suite à un diagnostic de maladie auto-immune attaquant sa glande thyroïde (thyroïdite de Hashimoto).

Ce protocole a changé sa vie et elle l’applique désormais au quotidien pour elle, mais aussi pour toute sa famille. 

protocole aip

Qu’est-ce que le protocole paléo
autoimmune /auto-immunitaire (AIP) ?

C’est la même chose que l’alimentation paléo, avec quelques restrictions additionnelles.
Les aliments suivants qui sont éliminés :

  • Les produits céréaliers, incluant toutes traces de gluten
  • Les légumineuses (lentilles, haricots secs, soya, cacahuètes, haricots verts, petits pois)
  • Les huiles transformées
  • Les produits laitiers et laitages, incluant le beurre
  • Les solanacées
    • Pomme de terre (mais pas la patate douce)
    • Tomates
    • Aubergines
    • Poivrons
    • Piment (incluant poudre de chili, sauce Tabasco, etc)
    • La cerise de terre
    • Les baies de goji
  • Les œufs
  • Les noix et graines
  • Certaines épices faisant parties de la famille des graines
  • Le chocolat
  • Le café
  • L’alcool

Voici la liste des aliments permis sur le AIP :

  • Viandes, volailles, poissons, crustacés
  • Abats (pâté de foie, bouillon d’os, cœur…)
  • Tous les légumes (à l’exception des solanacées, voir ci-dessus)
  • Amidons (plantains, patate douce, yuca…)
  • Fruits (1-2 portions par jour)
  • Bons gras (avocat, noix de coco, huile d’olive extra-vierge…)
  • Herbes fraîches et séchées

Pour en savoir plus et pourquoi pas démarrer une nouvelle alimentation consultez le site Bmoove.

Aglaée

Partagez :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur pinterest
Pinterest
Aglaée Jacob, MS, RD [radicata nutrition]

Aglaée Jacob, MS, RD [radicata nutrition]

Aglaée Jacob, MS, RD est une diététiste, nutritionniste et auteure de 3 livres incluant Je me mets au Paléo. Elle a utilisé l'alimentation paléo pour se guérir de problèmes digestifs et hormonaux incluant le syndrome des ovaires polykystiques. Elle s'intéresse aussi beaucoup à la croissance personnelle et la spiritualité. Sa mission est d'aider les gens à se sentir alimentés à tous les niveaux : corps + tête + coeur + âme. Elle habite dans la belle petite ville de Magog au Québec. Vous pouvez la trouver à RadicataNutrition.com et sur Instagram à @radicatanutrition ou écouter son podcast " the nourishing podcast " (contenu en anglais).

Ces articles pourraient vous intéresser :

3 réponses

  1. Bonjour,
    merci pour cet article ! Ma mère a elle aussi une maladie auto-immune (syndrome de Gougerot-sjögren) et je l’aide à s’alimenter comme il faut pour « faire taire » la maladie. Mon compagnon, ma petite chienne et moi mangeons paléo depuis un an et j’adapte ce type d’alimentation aux propres besoins de ma mère. Il me prend des mois pour élaborer la liste des aliments et des règles à respecter pour elle, parfois je passe à côté de certaines infos car par exemple je l’ai encouragée à manger du chocolat… Ces dernières semaines, j’ai su par internet et des livres que le chocolat justement, les oléagineux et les oeufs sont inadaptés pour elle et j’ai pas mal hésité à lui en parler (car elle mange déjà trop peu et s’il faut encore réduire la liste des aliments, revoilà la galère !) mais maintenant grâce à votre article, qui est précieux car on parle trop peu d’une diète paléo adaptée pour les malades A.I., j’ai une confirmation, donc je le lui ferai savoir tout ça.

    Remplacer le café par du thé vert, pas de chocolat, ni des oeufs (pour ça elle sera contente car elle ne les supporte plus, maintenant je sais pourquoi…), pas d’amandes (dommage 🙁 ), pour le reste c’est déjà fait (pas de solénacées, ni d’alcool ni de légumineuses etc).

    Bonne continuation !

    1. Bonjour Claire! Félicitations pour tous ces changements dans l’alimentation de ta famille. Et je suis vraiment contente que cet épisode vous aidera à adapter le paléo à la condition autoimmune de ta mère. C’est sûr qu’il est toujours triste d’éliminer d’autres aliments mais il s’agit d’explorer davantage dans les différentes coupes de viande et variétés de légumes, fruits, tubercules et herbes fraîches. 😉

      Bonne chance et tiens-nous au courant des résultats. 🙂

      1. Bonjour
        Je suis très étonnée de constater que les crustacés ont été mis dans les aliments a conseiller en cas de thyroidite d’hashimito. S’il s’agit bien d’une hypothyroidie en revanche il est plutôt déconseillé de manger trop iodé car cela fait grimper les anticorps néfastes pour la thyroïde.
        De plus il me semblait que la patate douce était déconseillée aussi…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Deux livres

indispensables

pour débuter le paléo